Allez, on s’envoie des fleurs … ‘French Children Don’t Throw Food’ – Pamela Druckerman

French Children Don’t throw food

C’est un essai qui a fait parler de lui cette année, aux Etats Unis d’abord, à Paris et puis jusqu’ici à Munich (si, si !) – véritable hymne aux mères françaises, et donc toujours bon à prendre pour le moral  (même sans enfants, ou même à la rue avec les siens, on s’y retrouve quand même, c’est promis !!). Complètement dans la lignée du French women don’t get fat, et  écrit ici par une journaliste américaine au NY Times se retrouvant « confrontée » au style d’éducation à la française (elle-même a vécu à Paris 10 ans et y a élevé ses 3 enfants), l’idée est d’illustrer cette apparente simplicité avec laquelle les Françaises élèvent leurs enfants. Lesquels enfants, donc, vous l’aurez compris, ne jettent pas leur nourriture partout au restaurant  (il s’agit de l’observation initiale de l’auteur, prétexte à ce livre)!

Sur la base d’observations éminemment scientifiques…
Et donc, selon ses observations, les petits enfants français  «font leurs nuits à partir de deux ou trois mois alors que ceux de ses amis américains mettent un an ou plus à y arriver. Les enfants français mangent des repas complets qui ont plus tendance à inclure des poireaux braisés que des nuggets de poulet. Et alors que ses amies américaines passent leur temps à résoudre les petites disputes entre leurs enfants, ses amies françaises sirotent leur café pendant que leurs enfants jouent».  

Of course !!

Les parents français plus autoritaires, tout simplement ?

La raison à cela (et la thèse du bouquin en fait) : les parents français, relativement décomplexés quant au fait d’user d’autorité ou de conserver encore du temps et des espaces pour eux, passent beaucoup de temps à construire un « cadre » (de principes et de valeurs) qui permettra ensuite à l’enfant d’avoir des repères, sur des thèmes allant des horaires, à l’alimentation, en passant par la politesse et les rapports sociaux. Et qui simplifie également la tâche des parents dans l’éducation de leurs enfants, car ils ne passent pas leur temps ensuite à expliquer ou à négocier – parce que finalement, « c’est comme ça, et puis c’est tout ». 

Ça va, dans le bouquin, de la pratique de l’allaitement au système de crèches, en passant par le jargon français (un chapitre entier est consacré à cette expression – qui ne veut rien dire, mais qui a fait notre  délice à tous, enfants – qu’est « caca boudin« ), nos mentors (Dolto, Laurence Pernoud), et nos habitudes tellement françaises : ce fameux « temps pour les adultes », ou les enfants doivent juste… laisser les adultes tranquilles et jouer tous seuls, le fait de laisser ses enfants plus systématiquement (ou plus longtemps) pleurer qu’ailleurs, le parc où on retrouve les copines plutôt que de jouer au sable à quatre pattes avec eux, les insultes qu’on a le droit de hurler seulement sous la douche (Maman, si tu me lis, tu es démasquée !! ). Vu  LU, en l’occurrence depuis l’étranger, c’est d’autant plus savoureux, les « habitudes françaises » résonant comme autant de particularismes de sa France natale… Et de doux souvenirs lointains… Le tout écrit avec énormément d’humour. Alors pourquoi s’en priver ?

 Nota Bene : On aimerait juste pouvoir y croire tout à fait !!
Publicités
Comments
4 Responses to “Allez, on s’envoie des fleurs … ‘French Children Don’t Throw Food’ – Pamela Druckerman”
  1. Marina Storp dit :

    Puissance 2: le livre est sans doute sympathique – ces commentaires le mettent au carrBravo pour cette ballade des temps heureux Date: Thu, 11 Oct 2012 20:21:11 +0000 To: marinastorp@hotmail.com

  2. Tout à fait nous en somme !
    Kiss.

    P.S : Je crois que je vais te piquer ce bouquin histoire de bien vérifier que je suis une bonne mauvaise mère française ;)

  3. Genot tessa dit :

    J’ai bien lu et suis bien d’accord avec les analyses comparées de la journaliste. Il faudrait rajouter que les mères américaines cessent d’etre mère à partir des années collège : les enfants partent vraiment et il y a une coupure radicale ; au même moment les mères françaises commencent à payer leur autorité et les « temps des mamans »! Rien n’est parfait…
    Une solution : l’enfance en France l’adolescence aux US ou juste s’habituer à l’idée que nous ne sommes pas parfaites et que l’amour ne rime pas avec perfection mais avec « plus encore ».
    tg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :